lundi 8 décembre 2014

Cap au Nord matelot!

Après la chaleur du désert, nous sommes arrivés dans le Punjab au nord de l'Inde.


Amritsar abrite le temple Sikh le plus sacré: le temple d'or!




Oui oui, il s'agit d'un temple entièrement recouvert d'or, ils rigolent pas avec leurs divinités ici! Les hommes portent un turban et une barbe la plus longue possible (Antoine ne rivalise pas...).

Comme nous sommes à 15 km de la frontière Pakistanaise, on assiste à la fermeture quotidienne en grande pompe: tambours, claquements de talons et chants nationalistes au programme.




Et on rencontre un indien qui nous donne cette devise:
In India, everytime is tea time, everywhere is a urinal and everyone is a doctor. Pas faux, on boit leur fameux "chai" tous les jours et les gens pissent et crachent partout. Pour le doctor, heureusement on n'en a pas encore eu besoin.

On poursuit notre voyage encore plus au nord dans l'Himachal Pradesh, aux portes de l'himalaya. Après une looooooooongue journée de bus dans un truc déglingué, on profite de Dharamshala, ville d'accueil du Dalaï-lama en exil. Il y a des moines tibétains partout et des hippies mélangés aux touristes comme nous.

Et c'est là que nous avons la bonne idée de partir en rando pour se "dégourdir les jambes". C'est donc fort d'un entraînement d'une grosse journée de rando que nous partons pour le fameux trek de l'Indrahar Pass, un col à 4300m, la porte de l'himalaya quoi! Ah! On s'est aussi dit que le faire en 4 jours c'était pour les rigolos donc nous on le fera en 3.

Nous avons rendez-vous avec notre guide à 9h devant l'agence (et oui ils partent pas aux aurores...).

Le fameux guide Ravi s'avère être un jeune guide plutôt sympa. Et cette fois c'est parti (chalo chalo comme ils disent)! Pas pour longtemps, après 5 min de marche dans le village, Ravi nous explique qu'on va prendre un rickshaw pour faire les 3 premiers kilomètres.... C'est mal connaître les Grenoblois! Autant vous dire qu'on lui a gentiment expliqué qu'on était des bonhommes et qu'on monterait à pied ou on ne monterait pas!
Donc nous voilà en route pour 3h30 de marche sur des chemins confortables pour passer de 1700m à 2800m.
Arrivée à Triund aux alentours de midi, Chaï, puis on mangé un très bon thali fait maison dans une des petites gargottes de là haut.


Juste pour vous donner une idée, Triund c'est un peu la Bastille (pour ceux qui connaissent) de là bas. Ya tous les touristes indiens qui font la rando, condition physique en poche ou pas! On a vu des nanas en saris, des mecs en jean et blouson en cuir, etc... Et le touriste indien est sale, très sale, de quoi faire faire un infarctus à Vinvin! Donc le chemin est jonché de bouteilles plastiques\en verre, de paquets de chips et d'emballages de mars.
Mais bon la vue sur les premiers pics himalayens vaut quand même le détour!

Après une bonne pose de 2h, nous voilà repartis pour la destination finale de la journée: la snowline (3300m) !
 Je vous arrête tout de suite, c'est pas la saison, pas de neige en ce moment. Mais au printemps il y a une bonne couche de 3-4 mètres à déblayer. Par contre une chose est sûre, c'est qu'il fait bien froid et que toutes nos couches de vêtements ne seront pas de trop pour la nuit (on a pour l'occasion acheté des bonnets et des gants décathlon!).
Le coucher de soleil sur les montagnes est superbe et on se rend compte que le calme des montagnes ça nous fait quand même du bien.

Repas dans la petite cahute de coin, emmitouflés dans des couvertures pour tenter de nous réchauffer mais rien n'y fait... Finalement Ravi nous sert un petit coup de rhum pas mauvais et là ça marche!
Mais bon on ne se voit pas vraiment dormir tous seuls dans notre tente donc quand on nous propose de dormir dans la cabane au chaud on (Julie) saute sur l'occasion! La nuit fut épique, serrés comme des sardines, ponctués de "Namaste!" intempestifs par le vieux cuistot, réveils en panique essoufflés par l'altitude, et le plus drôle c'est qu'on a eu... TROP CHAUD!
Le lendemain matin, départ à 7h après avoir avalé une omelette au goût de fioul qui nous suivra toute la journée. Au programme, 4h de rando abrupte pour passer de 3300m à 4300m. Et quand on regarde en haut ça fait un peu peur, c'est très raide, plein de cailloux, et on voit pas de chemins... Mais bon on a un guide et le guide dit que c'est par là alors on y va!
Au bout d'une heure et demie le moral est moyen, ça commence à être vraiment dur, le souffle est court, le col n'a pas l'air d'être plus près et Julie à des petits soucis digestifs...
1h plus tard c'est la cata... On avance à deux à l'heure, impossible de reprendre son souffle et c'est devenu très raide avec des cailloux partout, et pire du pire le plus dur est encore à venir! L'idée d'abandonner commence à germer dans nos têtes...

Finalement on a tenu bon, marché comme des zombies en mettant un pied devant l'autre sans réfléchir et tout petit à tout petit (comme disait l'autre, plus petits seront tes pas, plus grande sera ta victoire) on l'a fait! En arrivant au col gros moment de soulagement, larmes aux yeux et paysage magnifique! Là pour le coup ya de la neige à gogo! Les pics himalayens s'étendent à perte de vue et on aperçoit même la maison de Shiva au loin!



Après la pose bien méritée et les photos d'usage c'est l'heure de redescendre! Et même si ça n'est pas aussi difficile qu'à la montée c'est long et physiquement
éreintant. Mais à 14h nous voilà de retour à Snowline, sains et sauf, crevés, puants, avec un goût de fioul dans la bouche mais positivement ravis et pas peu fiers!
Le reste de la journée est consacrée à manger, plier bagages et redescendre à Triund pour passer la nuit (en tente cette fois!).
 Le lendemain retour tranquille, le sourire aux lèvres à Darhamsala où accueillis en héros par la populace nous sommes décorés de la croix du courage et de l'étoile du manque de préparation physique et à l'altitude, deux des plus hautes distinctions indiennes ( ok j'invente un peu mais on a quand même eu une douche chaude et un vrai lit)!

6 commentaires:

  1. Incroyable! Les photos sont magnifiques, ça fait rêver. Continuez à vous éclater, gros bisous!
    Adrien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le manque d'o2 qui te(julie) fait délirer?
      Bravo pour votre pugnacité
      everytime is tea time au CRC c'est ce qui manque le plus à Mathilde à Angers
      bises Claudine

      Supprimer
  2. Cec et Rom
    Bravo a vous 2, vous nous avez bien fait rire, ca vous entrainera pour le pérou. Romain precise que c pas demain qu'il vous emmènera au mont blanc. A cause de votre spéciale dédicace a Pierrot il risque pas de jeter son t-shirt...

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Bjr. Vu d ici on rêve. Vous serez nos guides . A quand la soirée arrosée pour revivre vos grands moments... Bise a vous et a bientôt pour les com. Kkale

    RépondreSupprimer
  5. Vous êtes vraiment des guerriers !!! Julie va finir par devenir une vraie Grenobloise !!!
    Jolies photos, encore une fois !
    Bisous bisous

    RépondreSupprimer