vendredi 26 décembre 2014

Un Noël pas comme les autres

D'habitude, Noël ça ressemble à ça: il fait froid, on boit du vin chaud au marché de Noël et on mange des chichis, on fait de jolis paquets cadeaux que l'on met au pied du sapin. Ensuite on se retrouve en famille, on prépare un bon repas, une belle table, des bons vins...on fait un feu de cheminée (ce n'est pas encore interdit je crois...), on attend le père Noël et on lui laisse même des mandarines puis on va se coucher. Le lendemain, on ouvre les cadeaux encore en pyjama (c'est à ce moment là que les photos sont les plus réussies généralement!) et on passe une journée à manger et à glander.



Cette année, nous sommes sous les tropiques et c'est un peu différent...

Il n'y a pas la famille mais plein de gens sympas quand même. Il n'y a pas de sapins mais des cocotiers et quand même quelques guirlandes. Il n'y a pas de feu de cheminée mais il fait quand même très chaud. Il n'y a pas de dinde de Noël mais des brochettes et un chouette barbeque. Il n'y a pas de bûche glacée au chocolat mais du mango coconut sticky rice et des cupcakes. Il n'y a pas de jolis paquets mais un très beau cadeau quand même. Il n'y a pas de bons vins et du champagne mais de la bière au frais et du whisky pas cher. Il n'y a pas de repas de famille interminable mais des jeux cools comme le Jenga...



On vous souhaite donc à tous un TRES JOYEUX NOËL!
Vous nous manquez!

lundi 22 décembre 2014

l'Inde, suite et fin!

Salut à tous nos fidèles (ou pas d'ailleurs) lecteurs!

Après quelques jours de repos bien mérités pour nous remettre de nos efforts nous prenons la route du sud pour notre prochaine destination: DELHI, rien de moins!

Pour vous donner une idée, Delhi c'est 17 millions d'habitants dont 50% vivent en bidonville, 80% d'hindous et l'une des villes les plus polluées du monde. Et surtout Delhi ça fait peur aux voyageurs que nous sommes! On a croisé tellement de touristes nous disant que c'est horrible, trop de monde, ça pue, c'est pauvre, on se fait arnaquer, qu'on fini par se demander si c'est pas vrai...

C'est donc n'écoutant que notre courage que nous montons dans le bus le plus inconfortable qu'on ai eu pour l'instant, pour un voyage de 8h ( bah oui ya 500km quand même)!
Autant vous dire que quand le chauffeur nous dit à 5h du matin qu'on est arrivés, on n'est pas frais... On se retrouve donc en plan en pleine nuit sur le bord du périph, avec des chauffeurs de taxi qui veulent absolument nous faire monter dans leur véhicule et pas d'hôtel.

Finalement après un taxi, un rickshaw, une bonne demi-heure de marche à la recherche d'un hôtel ouvert, il est 6h30 et nous nous écroulons dans notre lit.
Delhi, c'est finalement très loin de ce qu'on nous a décrit et la ville est plutôt chouette. Il y a plein de monuments historiques, encore des temples, et des contrastes forts. On passe de Connaught Place, THE quartier du shopping avec toutes les marques occidentales, à Jama Masjid un quartier musulman où les têtes des chèvres fraîchement tuées s'entassent dans des paniers en pleine rue, du Red Fort, héritage des empereurs moghols à un hôpital pour oiseaux. Bref, ça nous plaît!





Notre périple continue, et après 3h dans un train surbondé pliés en deux sur les portes bagages, à regarder les indiens s'engueuler pour une place assise, nous arrivons à Agra, ville du Taj Mahal. Si on enlève le fait de payer 75 fois plus cher le billet entrée que celui des indiens, c'est splendide! Une merveille architecturale comme disent les experts. Bien entendu on fait les photos d'usage...


Prochaine étape: la ville sainte de Varanasi (ou Benares) où des centaines d'indiens sont incinérés sur les bords du Gange tous les jours. Il y a quelque chose de spécial ici, une atmosphère de ferveur, un mélange étonnant de personnes... On reste d'ailleurs plusieurs jours ce qui nous permet de rencontrer Raju Baba, un saddhu (religieux, hindou, dévot, ascète) qui passe ses journées sur les bords du Gange. Il nous amène dans un temple dédié à Shiva puis on va chez lui pour apprendre à faire du cerf-volant! Le lendemain soir on dîne chez lui, il nous prépare des chapatis sacrés (la recette se trouve dans la rubrique "nos recettes" à droite de cette page) et du dhal, un plat à base de lentilles.




Au revoir Varanasi, bonjour Calcutta (enfin c'est ce qu'on croyait...)
Première vraie galère: notre train prévu à 21h est annoncé avec 7h de retard! On passe la nuit à la gare, pour finalement découvrir que le train à encore pris du retard. 11h. Puis 13h. Puis 15h. Ça n'en finit pas et on part finalement avec 17h de retard!! La deuxieme nuit dans le train est courte et nous arrivons à Calcutta à 6h du matin (décidément on est abonnés aux arrivées matinales). Hôtel. Dodo.

Contrairement aux idées reçues, Calcutta est loin de ressembler à un immense bidonville. C'est une ville en plein essor, avec un quartier d'affaires, des transports en commun relativement fiables (métro, tram, bus), des trottoirs (chose notable en Asie!) et de nombreux parcs. On y découvre la cuisine bengali, les sculptures de Shiva en paille, le temple de Kalighat où les hindous font 4h de queue pour voir une statue, et les cours d'eau boueux et chargés de déchets. Il y a toujours autant de bruits, d'indiens qui crachent et de klaxons!







Une excursion dans les Sunderbans nous fera du bien! C'est la plus grande mangrove au monde (d'ailleurs on en a peu entendu parlé mais il y a eu une marée noire cette semaine) où l'on espère apercevoir le fameux tigre du Bengale! Que nenni...pas de tigre cette fois-ci mais des cerfs, des oiseaux, des sangliers, des varans, un croco, des singes et un peu de calme.






Nous rentrons à Calcutta pour une dernière soirée avant de prendre l'avion à destination de Bangkok.
C'est donc après 6 semaines intenses que nous quittons l'Inde, bilan du séjour: on a vu plein de belles choses, rencontré un tas de gens sympa, mangé des bons petits plats et beaucoup appris. Et finalement si on devait décrire ce pays en quelques mots ce serait les couleurs, les goûts, les odeurs, les sons et les contacts. En bref une sollicitation quasi permanente des 5 sens!


 Voici donc le dernier article consacré à l'Inde, à présent direction la Thaïlande!!!

lundi 8 décembre 2014

Cap au Nord matelot!

Après la chaleur du désert, nous sommes arrivés dans le Punjab au nord de l'Inde.


Amritsar abrite le temple Sikh le plus sacré: le temple d'or!




Oui oui, il s'agit d'un temple entièrement recouvert d'or, ils rigolent pas avec leurs divinités ici! Les hommes portent un turban et une barbe la plus longue possible (Antoine ne rivalise pas...).

Comme nous sommes à 15 km de la frontière Pakistanaise, on assiste à la fermeture quotidienne en grande pompe: tambours, claquements de talons et chants nationalistes au programme.




Et on rencontre un indien qui nous donne cette devise:
In India, everytime is tea time, everywhere is a urinal and everyone is a doctor. Pas faux, on boit leur fameux "chai" tous les jours et les gens pissent et crachent partout. Pour le doctor, heureusement on n'en a pas encore eu besoin.

On poursuit notre voyage encore plus au nord dans l'Himachal Pradesh, aux portes de l'himalaya. Après une looooooooongue journée de bus dans un truc déglingué, on profite de Dharamshala, ville d'accueil du Dalaï-lama en exil. Il y a des moines tibétains partout et des hippies mélangés aux touristes comme nous.

Et c'est là que nous avons la bonne idée de partir en rando pour se "dégourdir les jambes". C'est donc fort d'un entraînement d'une grosse journée de rando que nous partons pour le fameux trek de l'Indrahar Pass, un col à 4300m, la porte de l'himalaya quoi! Ah! On s'est aussi dit que le faire en 4 jours c'était pour les rigolos donc nous on le fera en 3.

Nous avons rendez-vous avec notre guide à 9h devant l'agence (et oui ils partent pas aux aurores...).

Le fameux guide Ravi s'avère être un jeune guide plutôt sympa. Et cette fois c'est parti (chalo chalo comme ils disent)! Pas pour longtemps, après 5 min de marche dans le village, Ravi nous explique qu'on va prendre un rickshaw pour faire les 3 premiers kilomètres.... C'est mal connaître les Grenoblois! Autant vous dire qu'on lui a gentiment expliqué qu'on était des bonhommes et qu'on monterait à pied ou on ne monterait pas!
Donc nous voilà en route pour 3h30 de marche sur des chemins confortables pour passer de 1700m à 2800m.
Arrivée à Triund aux alentours de midi, Chaï, puis on mangé un très bon thali fait maison dans une des petites gargottes de là haut.


Juste pour vous donner une idée, Triund c'est un peu la Bastille (pour ceux qui connaissent) de là bas. Ya tous les touristes indiens qui font la rando, condition physique en poche ou pas! On a vu des nanas en saris, des mecs en jean et blouson en cuir, etc... Et le touriste indien est sale, très sale, de quoi faire faire un infarctus à Vinvin! Donc le chemin est jonché de bouteilles plastiques\en verre, de paquets de chips et d'emballages de mars.
Mais bon la vue sur les premiers pics himalayens vaut quand même le détour!

Après une bonne pose de 2h, nous voilà repartis pour la destination finale de la journée: la snowline (3300m) !
 Je vous arrête tout de suite, c'est pas la saison, pas de neige en ce moment. Mais au printemps il y a une bonne couche de 3-4 mètres à déblayer. Par contre une chose est sûre, c'est qu'il fait bien froid et que toutes nos couches de vêtements ne seront pas de trop pour la nuit (on a pour l'occasion acheté des bonnets et des gants décathlon!).
Le coucher de soleil sur les montagnes est superbe et on se rend compte que le calme des montagnes ça nous fait quand même du bien.

Repas dans la petite cahute de coin, emmitouflés dans des couvertures pour tenter de nous réchauffer mais rien n'y fait... Finalement Ravi nous sert un petit coup de rhum pas mauvais et là ça marche!
Mais bon on ne se voit pas vraiment dormir tous seuls dans notre tente donc quand on nous propose de dormir dans la cabane au chaud on (Julie) saute sur l'occasion! La nuit fut épique, serrés comme des sardines, ponctués de "Namaste!" intempestifs par le vieux cuistot, réveils en panique essoufflés par l'altitude, et le plus drôle c'est qu'on a eu... TROP CHAUD!
Le lendemain matin, départ à 7h après avoir avalé une omelette au goût de fioul qui nous suivra toute la journée. Au programme, 4h de rando abrupte pour passer de 3300m à 4300m. Et quand on regarde en haut ça fait un peu peur, c'est très raide, plein de cailloux, et on voit pas de chemins... Mais bon on a un guide et le guide dit que c'est par là alors on y va!
Au bout d'une heure et demie le moral est moyen, ça commence à être vraiment dur, le souffle est court, le col n'a pas l'air d'être plus près et Julie à des petits soucis digestifs...
1h plus tard c'est la cata... On avance à deux à l'heure, impossible de reprendre son souffle et c'est devenu très raide avec des cailloux partout, et pire du pire le plus dur est encore à venir! L'idée d'abandonner commence à germer dans nos têtes...

Finalement on a tenu bon, marché comme des zombies en mettant un pied devant l'autre sans réfléchir et tout petit à tout petit (comme disait l'autre, plus petits seront tes pas, plus grande sera ta victoire) on l'a fait! En arrivant au col gros moment de soulagement, larmes aux yeux et paysage magnifique! Là pour le coup ya de la neige à gogo! Les pics himalayens s'étendent à perte de vue et on aperçoit même la maison de Shiva au loin!



Après la pose bien méritée et les photos d'usage c'est l'heure de redescendre! Et même si ça n'est pas aussi difficile qu'à la montée c'est long et physiquement
éreintant. Mais à 14h nous voilà de retour à Snowline, sains et sauf, crevés, puants, avec un goût de fioul dans la bouche mais positivement ravis et pas peu fiers!
Le reste de la journée est consacrée à manger, plier bagages et redescendre à Triund pour passer la nuit (en tente cette fois!).
 Le lendemain retour tranquille, le sourire aux lèvres à Darhamsala où accueillis en héros par la populace nous sommes décorés de la croix du courage et de l'étoile du manque de préparation physique et à l'altitude, deux des plus hautes distinctions indiennes ( ok j'invente un peu mais on a quand même eu une douche chaude et un vrai lit)!

mercredi 3 décembre 2014

On vous a menti, on n'est pas en Inde...

En réalité nous venons d'arriver au Maroc, aux portes du Sahara... Les dunes de Thar non loin du village de Khuri, nous ont accueillis pour deux nuits.
Nous avons commencé par une balade à dos de dromadaire jusqu'à Sunset Point, puis le feu à réchauffé nos pieds avant qu'on aille se coucher sous la voûte étoilée. La nuit à été glaciale et le réveil est difficile (cf photo!).
Heureusement la journée à été riche en rencontres: antilopes, renard du désert, paons, scarabées et cette superbe sauterelle (si si je vous jure!) complètement adaptée à son environnement.










En vrai on était dans le désert à l'ouest du Rajasthan, près de Jaisalmer, une ville fortifiée sur la route des épices.





Et maintenant direction le Nord à la frontière Pakistanaise, à Amritsar ( 16h de train tout de même!)